Bienvenue chez CENTURY 21 Habitat Espace Conseil, Agence immobilière PARIS 75015

En attendant l'été indien...

Publiée le 10/06/2012

 

Il semble que l’Immobilier se soit calqué sur la météo déconcertante de ce printemps : entre averses et éclaircies avec des températures en dessous de la normale, ou plutôt en-dessous de ce à quoi les principaux acteurs du marché étaient, depuis plusieurs années, habitués.


Et si Paris, fidèle à ses valeurs capitales, résiste toujours bien mieux que le reste de l’Hexagone, il est indéniable que la situation a changé. Après une décennie de hausse non stop, Paris cale sur les prix.

 

Entendons-nous : la baisse, là où elle existe, est plus que modeste. Soutenu par l’intérêt des investisseurs (qui représentent près de 30% des transactions réalisées au premier trimestre 2012), elle ne saurait aller au delà des 5%. Mais cette persistance à un très haut niveau de prix conjointe au repli du financement immobilier par des banques plus sélectives, freine le dynamisme du marché. Il s’ensuit un allongement des délais de vente et des situations moins fluides. Bref, c’est plus compliqué.


Si la demande est toujours là, les acquéreurs prennent leur temps, comparent biens et prix, négocient davantage… Et sont en mesure de le faire avec cette nouvelle donne qui penche en leur faveur.
Cela valait sur la période pré-électorale et cela vaudra certainement pour les mois à venir. Mais pour les candidats à l’achat vraiment désireux de réaliser leur projet, mieux vaut ne pas extrapoler. Il s’agit seulement d’un retour à plus de raison.


L’acquisition immobilière correspond généralement à un projet de vie. Que celui-ci soit familial, patrimonial ou en vue de la retraite, il n’y a pas en immobilier, d’impulsivité d’achat. Aussi, avec des taux d’intérêt toujours bas et un ajustement possible des prix, les candidats à l’acquisition répondant aux conditions bancaires n’ont guère d’avantages à différer leur projet.


Pour les autres (nombreux) amoureux de la capitale, tous les regards sont plutôt tournés vers notre gouvernement. Il paraît que quand le bâtiment va tout va : à regarder l’évolution du marché de l’Immobilier neuf, il va sans dire qu’une vraie politique du logement est ardemment espérée par tous les acteurs du marché.

Notre actualité